Tendre poison.

Je peins à l’huile.  Ou plutôt je peignais.  Il y a une dizaine d’années, voulant renouer avec ma pratique, j’ai enligné, semaine après semaine, de longues heures heureuses de peinture, dans mon petit salon transformé en atelier au milieu d’enfants qui jouent, entre les brassées de lavage et les  repas à préparer.  J’étais loin de me douter des dangers que pouvait représenter mon art pour ma santé.  Pourtant, quelques années auparavant, une de mes amies a été prise d’un mal étrange.  Des journées de 15 heures dans un laboratoire photo mal ventilé à bouffer son petit sandwich avec des doigts ayant trempé dans les produits de développement lui auront fait frôler la mort.  Elle s’en est sortie avec un oeil décoloré et un tremblement chronique des mains qui l’ont privé de sa motricité fine et une intolérance sévère aux phénols.  J’ai à mon tour été prise de migraines violentes, d’étourdissements et de nausées et de vomissements de plus en plus fréquents, jusqu’à me clouer au lit presque un jour sur deux.  Aucun médecin ne semblait comprendre mon mal.  Il aura fallu plus d’un an pour qu’un spécialiste soupçonne une intoxication aux solvants et une hypersensibilité à tout produit volatil comme résultat.  Une combinaison probable de taltine et de produits ménagers serait en cause, malgré cette fenêtre toujours entrouverte dans l’atelier.  La taltine est moins dangereuse que la térébenthine, mais plus traître parce que sans odeur.  Ce sont là bien sûr des extrêmes, mais probables.   C’est en vaporisant un vernis sur un dessin que Frederic Back a perdu l’usage de son oeil droit.

Il ne s’agit pas de s’alarmer, mais de prendre conscience.  Les artistes manipulent des produits qui sont soumis à des règles de sécurité strictes dans d’autres industries.  Pourtant, peu en sont réellement conscients et prennent la chose au sérieux.  C’était mon cas.  Connaître les dangers et les moyens simples et efficaces de les prévenir devrait être la priorité de chacun et chacune.  Surtout lorsqu’on travaille à la maison.  Sachez que les animaux domestiques et les jeunes enfants sont plus vulnérables que vous.  Personne n’a les moyens de perdre sa santé au travail et je suis convaincue que 99,9 % d’entre vous ne cotisent pas à la CSST non plus!

Plusieurs produits que vous utilisez régulièrement à l’atelier peuvent vous rendre très malade si vous n’y portez pas attention.  Ces produits vous les inhalez en poussières fines, vous les ingurgitez sans vous en rendre compte en mettant le manche de votre pinceau dans votre bouche par exemple ou en traînant vos poussières à la cuisine.  Vous trempez vos mains dedans et les absorbez par la peau.  C’est sans compter les risques d’inflammabilité.

Voici quelques exemples :

Les pigments :

Les pigments en poudre par leur légèreté peuvent être inhalés ou ingérés par accident très aisément.  Ces pigments se retrouvent aussi dans la peinture, tant à l’huile qu’à l’acrylique ainsi que dans certains gouaches et encres de couleur.  Les ingrédients dont il faut se méfier sont le plomb, le cadmium, le cobalt et le manganèse.

Vérifiez les ingrédients et au besoin, demandez des détails à votre détaillant et si nécessaire, vous pouvez également demander la fiche signalétique du produit au fabricant.  Rassurez-vous, ce n’est pas parce qu’il y a les mots cadmium ou cobalt dans le nom de la couleur que le produit en contient nécessairement.  De nos jours, plusieurs des pigments les plus toxiques ont été remplacés par d’autres, plus sécuritaires, qui imitent la couleur d’origine, mais il vaut toujours mieux s’informer.

Les peintures acryliques et à l’huile :

En plus des pigments, les deux types de peinture contiennent des solvants.  Dans le cas de l’huile, les solvants sont aussi utilisés pour diluer ou nettoyer.

Les solvants :

La plupart des solvants sont absorbés par la peau et peuvent aussi causer des irritations.  Leur inhalation peut entraîner des problèmes sévères allant jusqu’aux dommages cérébraux et au coma en très forte concentration.  L’ingestion peut quant à elle entraîner la mort.  Les résines naturelles et l’encaustique représentent aussi certains dangers et les solvants aux agrumes ne seraient pas plus sécuritaires que les solvants à base de pin.

Les « cacannes » :

Pour les produits pulvérisés soit en bombe ou avec un airbrush, les risques d’inhalation de particules sont assez élevés pour justifier l’utilisation d’un masque en tout temps.  Cela inclut aussi et surtout les fixatifs en aérosol, qu’ils soient retouchables ou permanents, qui contiennent en plus des solvants, des particules de plastique.

Pour ce qui est du dessin, maintenant.  Le fusain est en quelque sorte du charbon de bois.  Il n’est pas toxique en tant que tel, mais une inhalation importante peut causer des irritations pulmonaires.  Les pastels secs quant à eux sont beaucoup moins innocents à cause des pigments qu’ils contiennent. Encore une fois, le plomb et le cadmium sont en cause.  Pour ma part, j’utilise toujours un masque à poussières.  Les pastels à l’huile seraient moins dangereux du fait qu’ils ne libèrent pas de poussière inhalables.  Ne les mettez pas dans votre bouche par inadvertance par contre.  Les émanations de certains marqueurs (feutres) à base de solvants, dont le xylène, sont aussi très toxiques.  Il est préférable d’utiliser, lorsque possible, des marqueurs à base d’eau ou travailler dans un endroit bien ventilé.

La sculpture sur pierre ou sur bois comporte aussi certains risques liés à la poussière (certaines pierres entre autres contiennent de l’amiante), aux vibrations des outils et au bruit.  Le développement de photos traditionnel ainsi que la gravure comportent aussi des risques d’intoxication importants liés aux produits utilisés.

Travaillez toujours dans un endroit bien ventilé.  Autant que faire se peut, portez des gants lorsque vous travaillez avec les peintures, vernis, liants et solvants, pigments…  Lavez vos mains avant de boire, manger, fumer.  Laver avec un linge humide toutes les surfaces couvertes de particules.  Portez un masque à poussière ou un masque à émanations lorsque justifié.  Nos artistes, on les aime en vie.

Si vous planifiez l’achat d’équipement lié à l’amélioration de la sécurité dans votre atelier, je vous rappelle que vous pouvez demander une subvention de la SODEC à cet effet.  J’en parlais précédemment ici.

La plupart des informations contenues dans ce texte ont été glanées dans ces documents que vous pouvez consulter en ligne : Art Safety Training Guide de l’Université de Princeton,  Health Hazards and Safety Tips for Artists de la CARFAC et le Guide d’utilisation des produits contrôlés dans les arts visuels de l’Université d’Ottawa.

À consulter aussi ce tableau des risques par type de produit, Health and safety in the arts.

.

3 réflexions sur “Tendre poison.

  1. Sur l intoxication j ai quelque chose à dire. Il y quelques ans j ai commencé a avoir de la tousse, gros rhume et je m enrou la gorge sans arrêt. Une difficulté à avaler. Le medecin observe la gorge, les poumons il ne vois rien de spécial et j utilise toujours un spray qu’il m a conseillé et ça va de la même manière.
    Après, il y a 2 ou 3 j ai commencé mes problèmes aux yeux et j ai fait ce qu on apelle une allergie et toute la peau du contour des yeux et le bas des sourcils et devenue dure come la peau des serpents et quand les petits morceaux tombaient c’ était horrible chair vif et douloureux, démangeaisons aussi dans les yeux. Le dermatologue a fait sur mon dos des expériences pour verifier si c était allergie avec des petits portions des tubes de peinture

    • Continuation
      et non, pas d allergie et rien m ont dit que oui je courrais des risques. Je ne savais rien. Maintenant regardant ces blogs je m’aperçois mais je ne sais pas me soigner. J ai aussi mal de tête tous les jours. Jusque hier je peignais dans une pièce et la nuit en hiver je n ouvrais pas la fenêtre et la chaufage aidait a libérer les produits que je respirais pendant des années.
      Est-ce qu il y a des examens qui detecte intoxication?
      Merci
      Flica

      • Bonjour Flica,
        je ne suis pas une spécialiste de la santé. Par contre, j’ai moi-même développé une sensibilité extrême aux solvants suite à une exposition prolongée aux vapeurs de taltine lorsque je peignais à l’huile. Les symptômes étaient des maux de tête intenses et parfois des vomissements. J’ai cessé l’utilisation de la taltine et de tout produit nettoyant chimique pour la maison, cessé de porter du parfum et le problème s’est dissipé avec les années. Il est important de toujours bien aérer la pièce lorsqu’on utilise de produits volatils. Certains pigments sont aussi toxiques et peuvent contaminer par simple contact avec la peau. Les étiquettes en font mention. Pour ce qui est des tests, probablement que votre médecin peut vous conseiller. Dans mon cas, c’est un allergologue qui a détecté le problème. Bonne chance et prenez soin de vous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s